ENTRE TOI ET MOI !! MERCI D'ÊTRE VENU.

Arzew comme nous ne le verrons plus !

MON COEUR SAIGNE !

L'ARZEW QUI N'EXISTE PLUS !


MON DéPART DE 2005 ( à jamais) D'ARZEW BIEN TRISTE !

MON DERNIER BAIN A ARZEW


Ensuite, plus bas tout le reste...

Ici : Souvenir d'enfance

Quand j'étais petit garçon, mon Héros s'appelait "PINOCCHIO", tant est si bien que mon papa qui était charpentier de marine m'avait fabriqué pour Noël un Pinocchio d'environ 30cm, je fus le plus heureux du monde ❤ , j'ai sauté au cou de papa, en prenant le pantin dans mes bras ! C'est la raison pour laquelle aujourd'hui je partage avec toi ce petit extrait du film.

Et pendant ce temps là, maman me faisait défiler rue d'Isly habillé en Saint Antoine de Padoue avec le petit Jésus au bras !

Ci dessous les 2 idoles de mon firmament.

Elvis & Marylin !

LE KING !! chante " FALLING IN LOVE WITH ARZEWEB"

PLUS BELLE ET PLUS SEXY QU'ELLE TU MEURS !

CéLINE A APPRIS SA DISPARITION LE 5/08/62 LE JOUR Où ELLE EST ARRIVéE EN FRANCE à PORT ST LOUIS DU RHONE !


Après ce préambule *cinémathèque*, voici ma présentation. Plus bas tu trouveras les mises à jour.

Merci d’être venu jusqu’à moi, pour présenter ma page je ne serai pas long car je n’ai pas le lyrisme de Céline. Ce n’est qu’au fil des jours que tu pourras appréhender ce que j’aime et que je souhaite partager avec plaisir avec toi.

Toutefois, je tiens à exprimer le fait que je suis heureux et fier, pourquoi pas, que les Fidèles d’ARZEWEB suivent toujours le site que j’ai ouvert le 1° juin 2004. Ils n’ont pas oublié que le site dont la raison d’être était et, « EST » de retrouver sur le Web toute notre communauté éparpillée de par l’exode, existait toujours malgré une « coupure » de 3 ans que j’ai dû faire suite à des problèmes techniques. Entre temps Facebook est rentré dans le circuit des réseaux sociaux, je m’y suis mis et pas mal d’arzewiens et d’autres s’y sont lancés. Entre parenthèses là aussi je suis satisfait que pas mal d’arzewiens se sont retrouvés grâce à mes pages FB…. *J’en suis fort aise comme disait la fourmi de la fable*

En d’autres termes avec ARZEWEB nous faisions avec Céline (qui en est la rédactrice) et moi du *Réseau Social comme Mr Jourdain faisait de la prose* OUPS ! Enfin, tout se passe bien aujourd’hui, les statistiques et les compteurs de visites qui me sont fournis sont parfaits. ARZEWEB a pris sa vitesse de croisière et je te remercie toi qui me lis en ce moment.❤

Quoiqu’il en soit, si cette page n’a pas de succès et bien je la zapperai tout simplement, ce ne sera pas un drame. Toutefois, je ferai en sorte que ça n’arrive pas (petit clin d’œil) !

Merci de ton attention et *A BIENTÔT* (re- petit clin d’œil)

LES MISES A JOUR AU FIL DE L'EAU SONT SOUS CETTE PUBLICATION

LA PREMIERE PAGE DE MA VIE DE 1946 à 1962 ! (vidéo perso)

Mes évènements marquants, la disparition prématurée de papa le 19 septembre 1960 à l'age de 46 ans (j'en avais 17) et la rencontre avec *MA Céline* le 15 novembre 59 (c'était un dimanche au bal de la salle de l'EDEN).


LE CARRICO !


Je vais te raconter aujourd’hui l’Histoire du téléphone portable (et non du smartphone) à Arzew !

C’est cet avatar qui m’y a fait penser, tu vois la petite boîte de conserve qu’il tient dans la main avec son fil ? Et bien c’est ça l’invention. Quand nous avions une dizaine d’années nous prenions deux petites boîtes de conserve (vides bien sûr), au fond de laquelle nous faisions un petit trou afin d’y passer une longue ficelle, (assez solide) que l’on maintenait avec un gros nœud interne de telle sorte qu’elle ne sorte pas bien sûr.

Puis une fois les téléphones prêts, nous nous espacions d’une dizaine de mètres en tendant très fort la ficelle, voire plus si la dite ficelle était longue, et là nous pouvions commencer une conversation. Celui ou celle qui parlait plaçait l’orifice de la boîte à sa bouche et l’autre à son oreille.

L’avantage de ces téléphones est que l’on ne pouvait pas parler en même temps ou se couper la parole tu comprends ? Car en effet lorsque celui qui avait le micro disait, après avoir parlé : « à toi », son interlocuteur plaçait la boîte à sa bouche et l’autre à son oreille…. Et ainsi de suite au gré de la conversation.

 

Voilà j’espère avoir retenu ton attention, merci !! 🙂


MON COUP DE COEUR !

Le document que je présente ci dessous vient 

d'ici

Tu pourras y lire :

Des ordinateurs sont mis à disposition dans le musée d’Ellis Island. Tout le monde peut ainsi faire des recherches dans les archives de l’immigration. Vous voulez savoir si certains de vos ancêtres sont entrés aux Etats-Unis par Ellis Island ? Entrez simplement votre nom de famille …

du mémorial dédié à l'immigration. J'ai donc pu constater qu'une partie de mes ancêtres est partie aux USA, l'autre partie à Arzew ❤et Mostaganem.

 

 

C'est ma fille qui est allée à New York qui l'a photographié dans les archives numérisées


M. SANTAMARINA

Aujourd'hui je vais évoquer mon maitre du cours élémentaire:

Il était non pas sévère mais exigeant. Avec lui nous avons appris entre autre "leçons de moral"comment se tenir à table, comment manger un poisson par exemple. Le jour de ces cours il nous demandait de venir en classe avec une serviette et un poisson déjà frit.

Pour la serviette il insistait sur le fait qu'en la plaçant il fallait que le pli soit posé sur nos cuisses et l'ouverture vers nous de telle sorte que lorsque l'on prenait la serviette, toutes les miettes qui auraient pû tomber ne viennent pas salir nos vêtements...OUPS ! Vraiment une bonne idée 👍

Pour ce qui est du poisson, nous devions le positionner dans l'assiette, sur le dos ! Puis avec le couteau il fallait rentrer sa pointe dans le ventre afin de l'ouvrir. Ensuite une fois ouvert les arêtes du bord devaient être détachées, de même celles de la chair...

Et voilà, à cette époque l'école était vraiment avec lui un lieu d'enseignement et d'éducation. Merci à lui et de ton attention toi qui me lis !❤


M. ROBIN posté le 10 mars

Ah, Mr ROBIN quel prof !

Je l’ai connu en 6° au cours complémentaire, venir du CM2 à 10 ans et trouver un tel maître fut pour moi un choc émotionnel, oui, je n’en fais pas trop ! 

J’adorais ses cours d’histoire sur l’Antiquité. Ses cours étaient des véritables scénarios (scénarii diront les puristes) quand il nous racontait par exemple, l’histoire du talon d’Achille, du cheval de Troie ou du minotaure. On pouvait fermer les yeux et on s’y voyait à l’époque avec tous ces personnages !

En écrivant il me vient une anecdote : un jour qu’il racontait une grande bataille entre les Grecs et les Romains qui vit la victoire des Romains, je me suis écrié « OUAIS ! »… il a alors déclaré en regardant la classe : « c’est la première fois que je vois un élève content que les Romains soient vainqueurs ! ». J’ai baissé la tête car tous les regards se sont tournés sur ma petite personne, mais au fond de moi j’étais quand même fier car mes aïeux paternels sont Napolitains, de l’île de Procida exactement. Mon grand-père Nicolas a émigré à Arzew en 1880 comme beaucoup d’Arzewiens dont pas mal de Procida aussi. Il est dcd en 1953, j’avais 10 ans et ma première visite en 2005 fut bien sûr de me rendre au tombeau familial où reposent entre autres, mon père François qui nous a quittés en 1960 à l’âge de 46 ans.

Bon, je repasse à Mr ROBIN pour expliquer qu’en plus de ses talents de conteur, il avait aussi le hobby du cinéma, comment ?...

Périodiquement nous faisions des sorties et là il réalisait avec nous des petites séquences avec sa caméra Super 8 pour nous démontrer entre autres quelques effets spéciaux. Par exemple, il se plaçait devant un gros arbre à 10 mètres environ et là il commençait à filmer le tronc pendant 6 secondes (pourquoi 6 ? parce que les séquences fixes d’un film ne doivent pas excéder ce temps, sauf si la scène est animée)

Après avoir arrêté sa caméra il demandait à un élève de se placer derrière le tronc, puis au top départ il actionnait sa caméra et demandait à l’élève de sortir du tronc ! Cette opération était répétée avec tous les élèves, et quand on regardait le film fini nous avions l’impression que toute la classe sortait de derrière cet arbre, SUPER impressionnant !!

Voilà, je termine en te remerciant de ton attention. Et si tu as vécu ces moments-là, ce serait sympa que tu le dises s’il te plaît, merci.

 

 


M. KALFON

Aujourd'hui, j'évoquerai ce brave prof. de Français et de Lettres du cours complémentaire qui m'a beaucoup marqué et influencé. 

Il nous faisait jouer des scènes des grands classiques de Molière, Racine etc... Nous étions sur l'estrade devant le tableau et les différents acteurs se donnaient la réplique. J'en faisait partie bien sur 🙂 avec d'autres élèves, c'était un excellent moyen d'apprendre nos textes par coeur..

Une autre anecdote, il était très attaché à la protection de la langue, il nous disait combien il était offusqué d'entendre à la Radio les commentateurs dire : "AUJORDUI" il ne le supportait PAS 😠, qu'aurait'il dit de nos jours si il avait entendu les journalistes des chaînes Infos se gargariser des "ON" comme par exemple : La "FRONCE", l' "OUTRONCE", la "VIOLONCE", le "DESARMEMON" etc... J'en ris avec Céline, à chaque fois que cela se passe 😉

Enfin, voilà j'en termine sans pour autant lui rendre un hommage tout particulier et je suis persuadé que celles & ceux qui l'ont connu se souviendront de sa droiture et de son sérieux. Tout le monde le respectait !!

Merci de ton attention ❤


Mise à jour du 21/02

Un diaporama sur la pêche

UNE PRISE DE THON EXCEPTIONNELLE

A gauche la main droite bandée, mon père, à sa gauche mon cousin germain Jean-Paul

Le naufrage du chalutier de mon oncle. Le bateau s'appelait "LA PUCE" car il était le plus petit à Arzew

Heureusement aucune victime n'a été déplorée.


EN COURS DE SPORT AVEC Mr VIAL A LA MANOEUVRE

UN PEU "DISSIPé" LE NINO (lol)

TOUS LES NOMS (PRESQUE) SONT MENTIONNéS

MES MEILLEURS COPAINS & COPINES !

AU 4° RANG LE SECOND à PARTIR DE LA DROITE, C'EST DE LUI QUE JE PARLE PLUS BAS.

MON COMMENTAIRE AU SUJET DE LA PHOTO DU LYCéE ARDAILLON

Aujourd’hui pratiquement la totalité des Arzewebiens qui s’expriment, sont des Arzewiens de plus de 60 ans, cela sous entend donc qu’à « l’époque des faits » certains d’entre nous avaient entre 5 et 17 ans, et d’autres étaient déjà des adultes.

Il est difficile dans nos propos aujourd’hui (les plus jeunes), de faire abstraction de cette situation, car nous réagissons avec le recul, et la somme d’informations perçues depuis, avec en plus la réflexion qu’entraîne  l’actualité. Il nous faut donc faire un retour sur nous même pour relater ce que l’on ressentait alors.

Ce commentaire je l’écris afin expliquer pour ce qui me concerne, que l’Algérie d’Avant je la vivais comme la vivait un enfant, un petit garçon, puis un écolier et étudiant jusqu’au lycée, de façon tranquille et paisible. Mes copains de jeu, de sport et de classe étaient des Pieds-Noirs, des Musulmans, des Juifs, et tout ce petit monde cohabitait sans souci et sans arrière pensée politique ou politicienne. Vision « sans haine et sans reproche » comme on dit.

Jusqu’au jour où une phrase d’un ami Musulman , au lycée Ardaillon d’Oran , (celui que je présente dans la photo) m’a interpellé en mai 62 alors que j’étais en terminal. Il m’a dit : « Tu vois Nino la France nous apprend, nous donne le savoir, nous forme pour que l’on puisse bientôt se passer de vous ».

J’avoue que j’en avais été interloqué, car il m’avait dit ça calmement et tout naturellement sans aucune agressivité dans le regard ni dans le ton, il m’a même fait une petite tape amicale sur l’épaule (je revois encore cette scène).

Je lui avais répondu « Ah bon ? »….  C’est là que j’ai compris ce qui allait arriver, mais sans trop vouloir y croire.

 Le 27 mai 62  nous allions encore au cinéma avec Céline à l’Eden sans se soucier de notre avenir qui ne pouvait qu’être commun, ici à Arzew ou tout au moins en Algérie car je souhaitais entrer à la Poste (j’avais déjà passé un concours à Oran ). Mais …Moins de deux mois après, le vendredi 13 juillet, je m’envolais d’Oran pour Istres dans un avion militaire, le 2 août Céline prenait un cargo au CIOA pour arriver le 5 à Port St Louis du Rhône.

 …La suite c’est en France qu’elle s’est réalisée.

 

 


07/02

Ci dessous : l'adolescence.

Cet article je le fais en hommage à la mémoire de Christian qui est DCD , subitement à son bureau, 2 ou 3 ans après l'exode

Christian Coche

Cette "aventure" est un de mes meilleurs souvenirs, nous étions surnommés les "Diables rouges" (le maillot du CNA était rouge), dommage que je n'ai pas de photos de notre course à Alger où nous avions remporté la "Course du championnat des 4 LIGUES" contre les Bonois qui étaient parmi les meilleurs rameurs d'Algérie. Le club n'avait pas suffisament d'argent pour nous envoyer en France pour le championnat ! Dommage 😎

Ci dessous un diaporama ! ❤ qui défile automatiquement

L'EQUIPE CHAMPIONNE D'ORANIE EN CADET

TOUJOURS L'EQUIPE AVEC HELENE

ON MONTE LA YOLE SUR LE CAR

LA COUPURE DU JOURNAL L'ECHO D'ORAN

LES "GRANDS" PARTENT A L'ENTRAINEMENT